Mairie Le Vigean - Le Bourg - 15200 LE VIGEAN -
Tél. : 04 71 68 04 37 - Nous contacter
|
Histoire de la Commune

Histoire de Le Vigean

Le Vigean, Lundi 30 Janvier 2023, -8 °C , Ensoleillé

La commune est un vaste plateau borné par les vallées de l’Auze et du Mars, séparé symétriquement par un petit ruisseau « Le Labiou ».

Ses origines sont protohistoriques et il existe également de nombreux vestiges gallo-romains (voies, aqueduc). Au moyen âge Le Vigean dépend du fief de Chambres, lui-même soumis au monastère Saint-Pierre de Mauriac. Tenu par les Anglais au XIVème siècle le territoire est repris pars Charles V. Le Vigean est un prieuré jusqu’au 13 avril 1752, date à laquelle il est uni au collège des jésuites de Mauriac sur ordonnance de l’évêque de Clermont.

L’Eglise Saint Laurent (X1 et XIIème siècles)

Fresque : de l’époque romane au XVIIème siècle

Comme l’indiquent des sondages réalisés sous les badigeons l’église Saint Laurent, ancien prieuré du Monastère Saint-Pierre de Mauriac, est intégralement décorée. Ce cul-de-lampe, basé à la base d’un arc du chœur est orné d’un atlante polychrome.

A sa gauche deux évangélistes Saint Marc avec le lion à ses pieds et saint Jean surmonté de l’ange, sont entrain d’écrire, probablement les Evangiles.

A droite une scène évoque le martyr de saint Laurent sur son gril. Ces éléments sont du XVIIème siècle.

La Châsse reliquaire de Thomas Becket (XIIIème siècle)

Cette chasse est l’une des cinquante deux châsses contenant des reliques de l’archevêque de Canterbury assassiné en 1170, répertoriées en France et à l’étranger. Sur la face avant l’archevêque prie face à l’autel tandis qu’un soldat anglais lui tranche la gorge. Une main sortant des nimbes, probablement la main de Dieu, esquisse un geste de pardon. Le toit de la châsse illustre la glorification du saint, représenté dans une mandorle et accompagné de deux anges.la face arrière de la châsse est ornée de sa mise au tombeau. Cette châsse était à l’origine conservée dans la chapelle Saint Thomas à Mauriac, dont il ne subsiste que quelques vestiges.

La châsse reliquaire de Sainte Valérie (XIIIème siècle)

Cette châsse, avant d’être rapprochée de celle de saint Thomas Becket se trouvait dans le bourg de Salins. Elle a été transférée dans l’église Saint-Laurent du Vigean pour des raisons de sécurité. L’objet illustre le martyre de Valérie, décapitée par des paysans pour avoir refusé de les suivre dans une fête païenne. Sur le couvercle, deux anges musiciens emportent le corps de la sainte vers le royaume céleste.

Actuellement ces deux châsses sont entreposées à l’évêché de Saint Flour, des travaux de sécurisation de l’église Saint-Laurent du Vigean devant être effectués.

La Fontaine de Conrut (1577)

La fontaine est bâtie en moellons de basalte et couverte de lauzes. Une longue rigole en U, creusée dans un tuffeau basaltique, permet d’alimenter les abreuvoirs. Ceux-ci sont construits sur un modèle unique dans le Cantal. Leur face avant est assemblée selon une technique employée en menuiserie dite « à rainures et languettes ». Chaque grande dalle en phonolite, roche volcanique, vient s’emboîter dans une pierre verticale rainurée

La Chapelle de l’Immaculée Conception (1850) au Village de Chambres

Cette chapelle est bâtie sur l’ancienne chapelle du château de Chambres. En partie détruite à la Révolution, elle est relevée et placée sous le vocable de saint Léger grâce aux demandes de Mgr Chabrat, auvergnat et évêque de Boliva. A son retour d’Amérique Mgr Chabrat achète un moulin en ruine avec les pierres duquel il souhaite reconstruire la chapelle. La première pierre est posée en 1850.

La chapelle est aujourd’hui dédiée à l’Immaculée Conception.